le grimoire de prapra

28 octobre 2005

mousse-gateau au chocolat à la kriptonite

je vous raconte l'historique de cette aventure:
on m'a ramené une plaque de chocolat à 99% de cacao, esperant ravir mes papilles de chocomane! (ca se dis ce mot?).
j'ouvre la plaque miam miam... je goute.... GNIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!! le truc le plus amer que j'a jamais gouté hyper sec sans aucune trace de sucre ni de gras! alors c'est sur l'arome chocolat on y est plein dedans mais le gout!
je vous présente ma kriptonite
dcp_00272
soudain eurékat!! je vais faire une mousse au chocolat avec!!! bah vi une vraie mousse de puriste!!! en rajoutant du sucre ca devrai aller...
ni une ni deux je me met à la peche à la recette..
hummm okayyyy des oeufs du sucre et du chocolat... ça a pas l'air trop dur!
comme il fallai 200g de chocolat j'ai complété ma kriptonite avec du nestlé dessert bien gras (hin hin hin)
ensuite je fais fondre mes chocolats au bain marie, à coté de cela je bat les jaunes d'oeufs (4) avec deux sachet de sucre vanillé et un peu de sucre glace (fatal error le "un peu" vous allez voir après).
je prépare mes oeufs battus en neige avec une pincée de sel, bien fermes qu'ils disaient!!!
la suite consistai à mélanger le chocolat fondu avec le mélange jaunes d'oeufs-sucres...
confiante (ben vi je l'ai dèja fais ca ne seraitce que pour le gateau au chocolat express!!); je verse le chocolat sur le mélange..
ET LA!!!!!!!!!!!
la kriptonite fais son effet!!!!!
je touille je touille mais soudain je me rend compte que j'arrive plus à touiller...
je baisse les yeux vers mon saladier.. et oh misère!!! le chocolat a formé une grosse boule compacte avec le mélange oeufs-sucre, tellement compacte que ma fourchette etait coincée dedans!
n'ayant jamais fais de mousse au chocolat, je me dis c'est normaaaaaaal..
misère à moi , je décide d'incorporer quand meme les blancs neige dedans.
mais decidement non!!! la masse trop compacte ne voulai pas se mélanger (ca doit etre la kriptonite..) et mes blancs se liquifiaient lamentablement au fur et à mesure de l'opération...
desesperement j'essayai de mélanger quand meme la masse à la kriptonite aux blancs en neige (enfin.. si on peut appeller ça des blanc en neige vu leur état), mais rien à y faire ça voulai pas!!!!
comme j'aime pas rester sur un echec je me suis dis c'est pas graaaaaaaave tu n'a qu'a remonter des blancs en neige et rattraper ton coup!!
donc ni une ni deux je malaxe mon gloubiboulga pour en faire un truc à peu près homogène, je rebat 4 bancs en neige (notez la quantité d'oeufs utilisé omagaide).
j'incorpore délicatement les blancs.... youpiiiiiii ils se cassent pas!!
mais mon bonheur est de courte durée.. car ca ressemble à tout sauf à une mousse!! beaucoup trop liquide, pas très bon (beaucoup d'oeufs crus dedans..).
bref!!! j'aime pas jeter alors bon je décide de transformer cela en gateau!
je rajoute de la farine (je sais pas combien mais à peu pres 60g); pour pas casser les oeufs neige je touille pas le truc et je mélange la farine comme je peux.
op moule beurré fariné ! op dans le four!!
op 20 min apres!!
waaaaaaaaaaa il a l'air beauuuu!!
dcp_0020

reste à couper pour voir l'intérieur et à gouter....
instant fatidique...
dcp_0021

et là!!!!
dcp_0024
T_T
la farine est restée en petite boules non mélangée un peu partout dans le gateau... l'intérieur du truc ressemble à de l'omelette-mousse vraiment bizarre...
mais comme ca sent bon je décide de gouter!!
re T_T
c'est affreusement pas sucrééééééé!!!!
de plus la consistance est telle que ca "rebondi" entre les dents quand on mache rah lala
mais par contre on trouve un vrai gout de chocolat pas saturé par le sucre ni rien!
bref bilan de cette experience, je vais tenter de couper ma réalisation à la kriptonite chocolatée en petits bouts, de tremper dans du chocolat fondu bien sucré pour faire des sortes de "bonbons".
on verra bien :)

Posté par praline à 01:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


27 octobre 2005

Gateau au chocolat express

un bon gateau facile et rapide trouvé sur marmiton.org ! (faites pas gaffe j'ai un appareil tout pourri mon gateau est plus beau en vrai  héhé)

dcp_0016
ingrédients:
- 2 oeufs
- 100 g sucre en poudre
- 100 g chocolat pâtissier
- 100 g de beurre
- 50 g de farine

Préparation :

Mélanger les jaunes d'oeufs  avec le sucre et la farine.
Faire fondre le chocolat avec le beurre.
Mélanger le chocolat-beurre avec le jaune d'oeuf-sucre-farine.
battre les blancs d'oeufs en neige avec une pincée de sel.
incorporer délicatement au mélange.

Beurrer un moule et le fariner.
Verser dans le moule .

Mettre au four (préchauffé 10 mn) à thermostat 6/7 (200°C) pensant 15 à 20 mn, selon le moelleux souhaité (le gâteau est cuit quand le dessus se crevasse).

BON  APPETIIIIT

Posté par praline à 04:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 avril 2005

Les glands c'est pour les cochons.

dédicace à la forêt de mamora en région de rabat au maroc


pa1221a_lg1
Petite j’adorai manger des glands.

 A une certaine époque de l’année, il s’en vendait partout.

Devant l’école, posés sur un bout de carton, des sachets plastiques pleins de glands étaient vendus aux passants par de pauvres hères.

Les écoliers en ont plein les poches tels de petits écureuils, les adultes font semblant d’en acheter pour leurs rejetons et se dépêchent de les engloutir à l’abri des regards.

Ils font des glands ce que les occidentaux font des sextoys qu’ils achètent soit disant pour leur amis.

Un gland est un gland fusse t-il en plastique. Le complexe reste le même.

Revenons au fruit de mon péché.

Des glands lisses et durs, de forme oblongue couleur marron, vert, parfois les deux.

 Ils avaient perdus leur capuchon pour la plupart.

C’était ma glace chocolat pistache et chacun était une surprise.

On le prenait, le frottait avec les doigts jouissant de la texture douce de l’enveloppe.

On fourre dans la bouche Puis on croque dans le sens de longueur.

Toute une technique !

Un gamin habile réussira à fendre en deux le fruit sans bris, sinon gare aux éclats acérés dans les gencives.

Ce furtif contact avec la langue laisse déjà transparaître le  goût.

Une légère amertume on grimace, on crache.

Un subtil goût sucré, c’est la joie d’être tombée sur un bon numéro.

Puis on regarde avec attention les deux parties sur la paume de la main.

Une douce couleur blanche enchante.

Des traces brunes déçoivent.

Je fourrais la première moitié dans ma bouche faisant éclater l’écorce et le doux fruit se déposait sur ma langue.

Je mâchais un bout et c’était le bonheur.

Sucré croquant juteux.

Puis la deuxième moitié vite engloutie.

Et sitôt après ma main partait a la pêche au gland dans le sac.

Des fois c’était un bon sac, plein de fruits délicieux, d’autres fois un sac arnaque bourré de cosses amères et pourries.

Et pourtant tous les glands se ressemblaient, jolis et lisses.

Ca ne vous rappelle pas quelque chose ?

La vie est comme un sac de gland c’est plus réaliste q’une boite de chocolat.

La forêt de chênes aux abords de la ville était le paradis pour les amateurs.

Chacun avait son coin secret.

La cueillette aux glands a remplacé la cueillette de champignons.

Quelle plaisir de traquer ses petits fruits , d’en remplir des paniers entiers, d’en frotter le plus beau maculé de terre contre son pantalon puis de recommencer le rituel tant aimé.

Ici les glands c pour les cochons.

La bas ce sont des trésors de souvenirs et de joies enfantines.
mamora_forest

Posté par praline à 02:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 novembre 2004

Pralinee * les prémices* Feuillet troisième

Fireday, huit heures du matin.
Le jour était à peine levé, et une brume épaisse couvrait le quartier du port.
Pralinee fourra un rouleau de parchemin, une plume et deux livres dans son vieux sac élimé, chaussa ses bottes et lança à haute voix:
"Bonne journée grand papou, à ce soir!" avant de refermer la porte de la petite maison derrière elle.
Tout en marchant d'un pas énergique, la fillette se remis à penser aux événements de la veille.
Anigh gisant blessé dans sa boutique, la détresse devant sa blessure, l'apparition mystérieuse..Les gardes qui la ramènent chez elle hébétée.. Et le sommeil agité de rêves confus.
Pralinee poussa un grand soupir :
"Pfiiiiouuu... et dire qu'on n'a toujours pas trouvé son agresseur! Mais que fait la garde bastokienne! Enfin..Le plus important c'est que il va mieux..Mais cet homme? Qui est ce? Ce pourrait il que.."
"Prraprraaaaaaa!!!!!! Attend mouaouuu veut tu!"
Pralinee se retourna sur ce appel et souri.
Une petite Mithra, les cheveux bruns en bataille courrait vers elle.
Elle lui sauta dans les bras, frotta son museau contre la joue de la petite hume et poussa un rire joyeux:
"Hahahahaha! Tu voit je serrrai pas en retarrrd ce matin! J’en connaît un qui va ferrrmer son clapet à pototos!"
"Ma petite shad, espèce de fofolle!" répondit pralinee en lui ébouriffant les cheveux.
"Tu échappera au discours soporifique de monsieur ferdelance, ça te changera !"
Les deux fillettes reprirent leur chemin en devisant joyeusement.
"Blah! Ce vieux elvaan me donne autant de démangeaisons que si une arrrmée de shellbugs m'avait envahi la queue! " Grimaça shadowzz.
"La science et la connaissance vaincront toutes les difficultés! Étudiez sérieusement bande de moules! Ou vous tâterez du néant intellectuel!" singea pralinee en imitant la voie nasillarde de leur professeur d"école.
"Tu l'a dit soeurrrette! Il me barrrbe ce crrrouton sandorrrian! "
Répondit la Mithra
"Mais dit moi prraprra... il c'est passé quoi hierr dans la boutique d'anigh? Tout bastok mine n'a pas arrreté d'en parrler! j'ai voulu te voirr mais ton grand pèrre m'a dit que tu dorrmais."
"Oh ça.. Ben en fait euuh.." essaya d'esquiver pralinee.
Elle n'avait pas la moindre envie d'en parler pour le moment mais elle ne voulait pas vexer sa meilleure amie.
« écoute shad.. Je n’ai pas.. »
Soudain, une silhouette largement reconnaissable se profila à l’autre bout de la place de la fontaine.
« Sauvée ! » pensa pralinee.
Elle s’arrêta, mis se mains en porte voix et cira :
« Nonooooooooooooo !!!!! »
la silhouette se retourna et shadowzz agita la main gauche vigoureusement avant de détaler en direction de l’action house de bastok market… en oubliant que sa main droite était étroitement serrée dans celle de pralinee
« Gyaaaahhh fait attention !!! Je ne cours pas aussi vite que toi moi ! «
Hurla pralinee en évitant de justesse l’étal d’un marchand de pipira séchée.
»Shaaaaad !!!! Espèce de boule de poils degenerée !! Lâche ma maiiinnn !! »
Mais la jeune Mithra, ne prêtait même pas attention au désespoir de pralinee qui fesai actuellement de son mieux pour éviter de s’étaler sur une pyramide de pototos soigneusement empilés.


Sur les marches de l’action house, se tenais un jeune hume vêtu avec élégance. Nonchalamment appuyé contre un pilier il riait à gorge déployée au spectacle de ses deux amies zigzagant entre les bazars :
Une Mithra filant plus vite que le vent l’air exalté, et traînant derrière elle une hume brunette l’ait affolé.
Enfin shadowzz s’arrêta devant nohar qui  Entre deux hoquets,  lâcha «  vous changerez jamais vous ! «
Avant de rire encore plus fort.
Zbong ! Pralinee venais d’abattre une pipira séchée particulièrement désydratee sur le crâne de la Mithra.
« Maouaiie !! «  Gémi shadowzz en se frottant la tête « t’avait pas besoin de fairre ça ! »
"Si! espece de follasse! dans ta tete la pipira que j'ai chopée dans la tronche à cause de toi!"
« Allons allons les filles zeeeen ! Prapra lâche ce poisson puant et allons y on va être en retard gentes demoiselles ! »
Pralinee balança la pipira sur le sol en gromellant, pipira qui fut attrapée dans un bond par shadowzz.
« Toujours faim cella la.. » soupira la hume résignée.
« Ben quoi ! » protesta la Mithra, bouche pleine  « faut pas gaspiller ! »
Et les trois amis, partirent bras dessus bras dessous, en direction du quartier des affaires, metalworks, la ou se trouvai l’unique école de bastok.
(à suivre)

Posté par praline à 02:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 novembre 2004

Pralinee * les prémices* Feuillet deuxième

"Non! Il faut que je me ressaisisse! Si je ne fait rien il va mourir, jen'ai peut etre que 12 ans mais je ne peut pas laisser faire ca!" dit elle en sautant sur ses pieds."Tenez bon, je revient vite!" lança t'elle en courant vers la porte.

Une bourrasque la saisi tandis qu'elle franchissait le seuil de la boutique. Serrant les dents, elle avança dans la rue et hurla de toutes ses forces :

"AU SECOUUUUURS!!! A L AIIIDE!!! ANIGH EST BLESSE AIDEZ MOI!"

Mais à cette heure ci tous les ouvriers étaient à la mine et le bruit du vent noya ses cris.

Désespérée, pralinee retourna en courant à l'intérieur de la boutique.

Elle tata le pouls d'anigh avec angoisse et constata avec soulagement que ce dernier était encore en vie!

"Bon bon restons calme! J’ai déjà vu des dizaines de fois mémé Blanchette soigner des blessures ça ne doit pas être bien compliqué quand même!! Alors comment elle faisait déjà... ah oui! Elle mettait ses mains au dessus de la blessure et c'est tout!

Mémé Blanchette n'étai pas quelqu’un de spécial c'était ma mémé donc ça doit pas être bien dur.."

Pralinee tendis ses deux mains au dessus de la plaie et ferma les yeux.

Elle pensai très fort à une lumière blanche, elle imaginai ses mains guérir anigh.

Elle se concentra tellement fort que des gouttes de sueur perlaient à son front.

"Rahhhh!!! Rien de rien !!! " Dit elle d'un ton rageur "anigh va mourir et c'est de ma faute!" hurla t'elle.

Soudain elle senti une main se poser sur son épaule. Glacée de peur, elle n’osa plus bouger.

"Ne craint rien ma fleur du désert. Tu m’as appelé et je suis venu. Maintenant écarte toi que je m'occupe de ce malheureux." dit une voix d'homme douce et musicale.

Pralinee avait le dos tourné et ne voyais donc pas l'homme qui était en sa présence. Le corps d'anigh gisait devant elle et la main de l'homme était toujours posée sur son épaule. La chaleur de cette main atténua sa peur mais son coeur battais toujours la chamade et ses tempes battaient violement.

Tout d'un coup, le corps d'anigh se mis à luire doucement, d'une lumière bleutée.

La main de l'homme devenais de plus en plus chaude et semblai transpercer l'épaule de pralinee.

Ouvrant de grands yeux ébahis, la fillette vi les lèvres de la blessure d'anigh se refermer doucement sous l'action de la lumière bleue.le blessé poussa un grand soupir et sombra dans l'inconscience à nouveau mais sauvé.

"Mais ... comment cela se fait il? Mémé Blanchette ne sait pas faire cela! Qui etes vous?"

L’homme émis un doux rire cristallin

"Ma petite pralinee, ma tendre ... si tu tient à ouvrir les portes de la vérité, évertue toi à te munir des bonnes clés.. Lumière je suis et la lumière te guidera ma douce.. "

Puis le silence.

Il était parti.



Pralinee resta longtemps prostrée assise par terre sur le sol glacé, à ressasser le
s paroles de cet inconnu..p

Posté par praline à 02:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2004

Pralinee * les prémices* Feuillet premier

Accroupie devant la vaste cheminée en pierre, une petite fille jette avec délice des pommes de pin dans les flammes dansantes. Les joues rougies par la chaleur, elle sourit de joie à la vision des pommes de pin qui comencaient à crépiter.
Elle contemplait avec délectation les milliers de petites étincelles qui dansaient soudain dans la cheminée, tels des fées iridescentes.
« Pralinee !! Tu vas arrêter oui ? Tu va finir par mettre le feu à la maison si tu continue !allez vient la j’ai besoin d’ailes de chauve souris pour la commande de dame piwie, j’en ai presque plus »
« Oui grand père.. »
La fillette se leva d’un bond, épousseta sa robe et poussa un soupir à fendre l’âme.
La perspective de sortir par ce froid pour aller chez le vieux galka anigh l’agacait au plus haut point !mais elle n’avait pas le choix. Son grand père était trop vieux maintenant pour courir les rues de bastok par ce temps et il n’est pas bon de contredire un alchimiste en manque d’ingrédients..
Installé dans son fauteuil, merjanah tira sur sa longue pipe et une longue volute de fumée bleutée s’échappa du coin de ses lèvres.
Il déposa son  grimoire sur ses genoux et tira de sa poche une bourse en cuir.
« Allez ma fille, voila 200 gils. Demande à ce sacripand de anigh de te donner une douzaine d’ailes de chauve souris noire et précise bien que ce sont celle de zeruhn que je veux ! »
Le vieil alchimiste fourra ses doigts dans sa barbe et grommela
« Bon allez je te donne aussi 20 gils pour toi. Achète toi une friandise »
La fillette sauta au cou de son grand père et lui colla un gros baiser sur la joue
« ayyy !! Merci grand papouuuuu !! »
Pralinee mis les pièces dans sa poche, enfila son manteau, glissa ses pieds dans ses chaussures et sorti.
Marchand de bon pas, elle traversa port bastok le quartier ou elle vivait. L’air piquait mais sentais bon les embruns de la mer.
Soudain un vrombissement lui fit lever la tête.
« oohh le voila ! » dit elle avec un grand sourire.
Elle leva les yeux au ciel et regarda le majestueux airship passer au dessus de sa tête avant de disparaître à l’horizon.
« Un jour.. Un jour je monterai dedans ! Mais je suis trop petite encore..Allez il faut que je me dépêche la boutique du galka est encore loin » conclut elle.
Pour arriver à bastok mines, le quartier où se trouve anigh, elle devait traverser bastok market, le cœur de bastok.
Cette perspective l’enchanta et elle oublia le froid.
« ziiiiinc ooooores !!! Darksteel ingooot !!! Moins cher qu’a l’ah! Venez venez ! »
« saruta oraaanges ! Importée de windurst ! Elles sont savoureuses et surtout à un prix modique !! »
Pralinee parcouru en courant les derniers mètres qui la séparaient de la place de la fontaine, ravie.
Des gens discutaient avec animation autour de la fontaine et on entendait de toute part des gens vanter les mérites de leurs produits.

Les marchands déballaient sur la place leurs bazars colorés plein de choses surprenantes, et une foule se pressait à la maison aux enchères.
On entendait de toute part des gens vanter les mérites de leurs produits.

Elle s’approcha de létal du petit taru taru qui hurlai que ses oranges étaient les meilleures.
Elles avaient l’air appétissantes en effet, toutes brillantes et soigneusement empilées.
« Bonjour!! Donnez moi un de vos joli fruits s’il vous plait ! » Dit elle
« ahh une petite hume ! Voila pour toi ma jolie-amie, une belle orange-craquante de windurst ! Bon appetitaruuu ! »
Après avoir payé, pralinee pris la direction de bastok mine tout en dégustant son fruit.
« Aah comme j’aime ce endroit ! C’est quand même plus agréable que le port hihihi !  »
Une fois arrivée elle pris la direction du quartier résidentiel des ouvrier et ne tarda pas à se trouver en face de la boutique d’alchimie.
« Ah ! Je suis arrivée enfin ! Il était temps mon nez commence à geler sec !
Pralinee poussa la lourde porte en bois et entra dans la boutique. Ca puai la carapace de quadav séchée et l’huile de slim rance et en plus il faisait affreusement sombre.
« Monsieur anigh !! C’est pralinee ! Grand père m’envoie chercher des ailes de chauves souris noires mais il veut que.. »
La fillette s’interrompit brusquement.
Un frisson de peur l’envahi.
Quelque chose clochai ! Pas de feu dans la cheminée et aucun bruit..
Toute tremblante, pralinee avança d’un pas.
Le crissement de la poussière sur le sol dallé de pierre la fit sursauter.
« Monsieur anigh ? » lança t’elle d’une voie angoissée.
Soudain un gémissement se fit entendre de l’autre coté du large comptoir.
Oubliant toute frayeur, pralinee se précipita.
« Oh déesse ! » souffla t’elle « monsieur anigh ! Que vous est il arrivé au nom d’altana ! »
Anigh gisais sur le sol, une large plaie sur son ventre. Il tenait ma main crispée dessus mais le sang n’arrêtai pas de couler.
« Pralinee… aide moi chère petite… » Puis il s’évanoui.
Les idées se bousculaient dans la tête de la jeune hume, elle ne savais pas quoi faire et elle était choquée par le spectacle du vieil homme dans un tel état.
Se laissant tomber à genoux auprès du blessé, pralinee ne pu retenir ses larmes
« Oh altana ! Que doit je faire ? »

Posté par praline à 02:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]